L'été au jardin...

L'été ! Comme chaque année, il se fait attendre et il est enfin là, on l'accueille à bras ouverts au jardin d'Oréda !

 

Voilà que l’énergie investie au fil des saisons précédentes porte ses fruits au jardin. Plus les semaines passent et plus la métamorphose s’accélère.

Chaque jour la silhouette du jardin évolue, signe que la végétation prend ses aises et s’exprime sans demi-mesure ! Sans surprises le vert s’impose largement et densément, dans ses nuances et textures les plus variées !

La verticalité a relayé l’horizontalité des premiers mois : courges, tomates et plantes variées grimpes et dominent le visiteur. Ce dernier se retrouve d'ailleurs dans une posture complètement différente. Il y a encore peu il était possible de déambuler et de retrouver son chemin sans problème, de voir le jardin dans sa globalité. La végétation brouille désormais les pistes et perturbe les repères... Le jardin d'Oréda s'est métamorphosé en vrai labyrinthe sensoriel !

 

Un aperçu de l'évolution du jardin au cours des six derniers mois

Un aperçu de l'évolution du jardin au cours des six derniers mois

Avec l'été les récoltes se multiplient. Petits pois, épinards, fèves ont laissé place aux haricots, blettes, tomates, courgettes… Les fleurs, de couleurs et de formes multiples, se relaient également au fil des mois. Les places se font de plus en plus rares au milieu de tout ce petit monde qui s'étale, s'étire, s'accroche, escalade, déborde...

C’est aussi le moment d’observer ce qui a marché ou moins bien marché, et de rebondir sur ces « échecs » pour la suite. Que ce soit pour des raisons climatiques, de sol, d’exposition, de plants... il y aura toujours des bonnes et des moins bonnes surprises.

C'est surtout une bonne occasion pour tester et renouveler chaque année la forme et le contenu du jardin et donc de varier les aménagements !

 

L'été au jardin...

Dès juillet, certaines graines peuvent déjà être prélevées et être mises à sécher pour l’année prochaine... La boucle est presque bouclée !

Ces derniers mois de juin et de juillet ont donc un sens au regard de tout ce qui a pu se passer depuis le début de la saison : du semis à la récolte, un long et beau processus, mettant en lien un certain nombre d'individus avec le végétal, s’opère.

Je pense qu'il est impossible de faire abstraction de ces relations qui donnent une figure et un sens au jardin d'Oréda, quelque chose qui ne peut s'appréhender pleinement uniquement in situ.

 

" Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers, Picoté par les blés, fouler l'herbe menue : Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds. Je laisserai le vent baigner ma tête nue..." Arthur Rimbaud, Sensations, 1870

" Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers, Picoté par les blés, fouler l'herbe menue : Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds. Je laisserai le vent baigner ma tête nue..." Arthur Rimbaud, Sensations, 1870

Retour à l'accueil